SECURITE DES SOINS

Chaque étape de soin lors d’une prise en charge médicale s’accompagne de risques, à la fois pour le patient mais aussi pour les soignants. Assurer la sécurité des soins est donc un devoir pour chaque structure sanitaire.

Les événements indésirables peuvent survenir à la fois au niveau des pratiques cliniques, des produits utilisés, et des procédures appliquées. C’est pourquoi garantir la sécurité des soins demande un effort complexe, qui doit s’intéresser à des domaines variés, et proposer des mesures spécifiques à chacun d’eux.

L’OMS, dans ses programmes pour la sécurité des patients, s’intéresse particulièrement à l’hygiène des mains et à la gestion du risque pour lutter contre les infections associées aux soins (IAS). En effet, il est estimé que environ 5 % à 10 % des patients admis dans les hôpitaux pour soins aigus des pays développés contractent une infection liée aux procédures de soins à un moment donné.

Ce risque d'infections associées aux soins est de deux à 20 fois plus élevé dans les pays en développement et la proportion de patients infectés peut dépasser les 25 %. 

La transmission manuportée serait à l’origine de près de 80% de ce IAS. C’est ainsi que deux programmes phares ont été développés : 1er défi pour la sécurité des patients : un soin propre est un soin plus sûr ; 2nd défi pour la sécurité des patients : une chirurgie plus sûre pour épargner des vies.

PAH, Les Pharmaciens Humanitaires s’intègre dans cette dynamique en mettant à disposition des structures sanitaires les compétences transversales du pharmacien, tant en matière d’hygiène hospitalière, de management de la qualité que dans la sécurité des matériels.

Découvrez ci-dessous notre première mission de sécurité des soins

Appui technique pharmaceutique au Centre Hospitalier Préfectoral de Kpalimé  - TOGO

 

Contexte
Le CHP dispose de 150 lits et d’un effectif de 229 personnes. Seulement 5 médecins sont présents, dont un médecin en médecine générale qui est également pharmacien mais qui consacre l’essentiel de son temps à la médecine et non à la pharmacie.
Il faut souligner que la pharmacie brula en cours de mission induisant une perte d’environ 50 millions de F CFA en produits pharmaceutiques et consommables divers. De plus, tous les laboratoires du Togo ont appris en 2016 la mise en application d’une norme qualité (ISO 15189 :2012) que tous les laboratoires du Togo doivent appliquer à la demande de la Direction des Laboratoires du ministère de la santé.
Pendant près de 4 mois, un pharmacien et un médecin ont réalisé une mission au CHP. Pour PAH il s’agissait de la 1ère mission dans cette région alors que PAH est présent dans ce pays depuis 2006.

Objectifs


Pour le médecin :

  • Optimiser la gestion et la dispensation à la pharmacie.

  • Agir sur les ordinogrammes / algorithmes de décision et protocoles thérapeutiques.

  • Elargir la palette d’outils diagnostiques du LBM (Laboratoire de Biologie Médicale).

Pour le pharmacien :

  • Evaluer les conditions de stockage dans le magasin provisoire de la pharmacie installé dans le futur bâtiment de gynécologie en attendant la reconstruction.

  • Proposer un plan d’aménagement d’une pharmacie suite à l’incendie.

  • Sensibiliser le personnel soignant à l’hygiène des mains et présenter un plaidoyer pour la fabrication locale de PHA (Produit Hydro Alcoolique).

  • Proposer au groupe qualité du LBM une méthodologie pour la mise en place de la norme ISO 15.189 : 2012.

  • Former le personnel du LBM au management de la qualité.

Activités réalisées

Par le médecin :

 

  • Audit de la pharmacie (avant incendie) et proposition d’amélioration de certaines règles d’aménagement et de postes de travail.

  • Formation, en 2 sessions, des dispensateurs sur le médicament : 18 personnes sensibilisées sur des notions de base sur le médicament et sur la dispensation

  • Adaptation de 8 ordinogrammes nationaux du ministère de la santé aux spécificités du CHP de Kpalimé : 4 ordinogrammes en pédiatrie et 4 en médecine générale

  • Mise en place des hémocultures par le LBM prévue pour fin 2016 et information des prescripteurs sur les bandelettes urinaires.

Par le pharmacien :

  • Formation, en 2 sessions, de tout le personnel de la pharmacie aux Bonne Pratiques de stockage et surveillance qualité des produits pharmaceutiques : 84% des personnes formées ont eu un score amélioré au post test

  • Proposition de plan de réaménagement d’une pharmacie

  • Formation de sensibilisation à l’hygiène des mains (4sessions): 60% du personnel soignant présent

  • Présentation d’un module relatif à la fabrication locale de PHA au Comité d’Hygiène et de Sécurité Hospitalière (CHSH) ainsi qu’au staff de la direction.

  • Plus de 20 réunions avec le groupe qualité du LBM : cartographie des processus utilisés au laboratoire, écarts documentaires au regard de la norme ISO 15189.

  • Formation, en 2 sessions, de tout le personnel du LBM sur le management qualité : 82% des personnes formées ont obtenu un score meilleur au post test.

Perspectives


Pour un médecin :

  • Réalisation d’autres ordinogrammes spécifiques au CHP et formation des prescripteurs dans les USP (Unités de Soins Primaires).

Pour un pharmacien :

  • Soutenir l’aménagement de la nouvelle pharmacie

  • Veiller aux actions du CSHS dans le domaine de l’hygiène hospitalière

  • Faire le point sur la fabrication locale de PHA

  • Vérifier le contenu de tous les documents rédigés par le LBM pour s’assurer qu’ils sont en phase avec la norme ISO 15189 :2012.

  • S’assurer qu’un Manuel Qualité a été rédigé par le LBM.

  • Vérifier la bonne application des procédures en place ainsi que vérifier si les procédures sur les audits internes, les actions correctives et préventives, la qualification des fournisseurs et prestataires ont été rédigées et mises en pratique.

NOS AUTRES AXES D'INTERVENTION

APPUI AUX STRUCTURES PHARMACEUTIQUES

SANTE ET ENVIRONNEMENT

PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES

 

info@pah-lespharmacienshumanitaires.org   |   84 rue de Charonne 75011 Paris, France

  • Facebook Basic Black
  • LinkedIn - Black Circle

© 2016/2017 PAR L. RIEGEL POUR PAH, LES PHARMACIENS HUMANITAIRES